Le Blog

#WeAreTimeForOceans

Kids

21
Jan
CONTE

Une goutte d’espoir.

​Bien avant l’apparition des êtres humains, des millions d’animaux peuplaient la Terre.

​Ceux munis d’ailes, oiseaux, abeilles, papillons, et même moustiques, occupaient les airs, ne se posant sur le sol ou sur les fleurs que pour se nourrir.

​Une autre grande partie des animaux vivait sur le sol, parcourant l’immense étendue de la Terre . Chats, chiens, petites souris, serpents, ours, éléphants, tigres, renards, lions et mille autres encore. Le lion, à cette époque déjà, régnait en maître sur tout le monde animal. 

​Certains, écureuils, singes, pandas ou koalas, aimaient passer de longues heures dans les arbres, descendant parfois à terre.

​Sous terre, vivaient heureux, taupes et vers de terre. Les vers fertilisaient le terrain, les taupes chassaient les vers de terre. Manger ou être mangé… Déjà !!!

​Grenouilles et canards hésitaient entre terre et eau.

Bien sûr, l’eau douce existait à la surface de la Terre. Une eau pure, limpide, non polluée. L’Homme et ses plastiques n’avaient pas encore pris possession de la Terre.

​Et les poissons ? Et les animaux vivant dans l’eau ?

​L’eau douce, donc, occupait les lacs majestueux et des mares plus modestes où elle semblait dormir. Le monde des poissons. De plus, cela faisait de longs colliers rendant la Terre plus belle encore.

​Mais cette eau, d’où venait-elle et où allait-elle ? Elle devait naître dans les profondeurs secrètes des lacs, puis courir à la surface de la Terre . Mais, comme par magie, elle s’enfonçait sous terre en arrivant au bord de gigantesques trous, appelés, à cette époque, « mers » ou « océans ».Ces endroits ne connaissaient aucune vie, pas d’animaux, pas de plantes. Rien, un vrai mystère.

​Mais retrouvons ces milliers de poissons et animaux nageant, heureux, dans ce milieu d’eau douce des lacs et des rivières. Un vrai Paradis sous l’eau.

​Un jour, pourtant, ils furent trop, trop nombreux. La place et la nourriture manquèrent. Un groupe de poissons et de crustacés demanda audience et avis au roi des animaux, le lion. Pour lui, un problème difficile à régler, une solution douloureuse à prendre rapidement, car les poissons ont besoin d’eau pour vivre. Une solution qui allait changer la vie de beaucoup et changer l’aspect de la Terre.

​Aux truites, goujons, ablettes, petite friture, écrevisses et même les poissons-chats, il dit de rester en eau douce des ruisseaux, rivières, fleuves et lacs.

​Aux morues, sardines, thons, poissons-volants, crabes et crevettes, le lion dit de se rendre rapidement dans ces « mers » ou « océans » et d’y attendre qu’il trouve tout aussi rapidement une solution pour les remplir d’eau, cette eau si nécessaire à leur survie.

​Disciplinés et obéissants, tous se rendirent au fond de ces trous. Ils ne voyaient même pas l’autre côté de ces « mers » ou « océans ». La peur, l’inquiétude , la tristesse les envahirent. Tous, sans exception, se mirent à pleurer, à pleurer, à pleurer pendant de longues heures, un torrent de larmes. Oui, les poissons pleuraient. Et vous le savez bien, les larmes sont…….salées ! Alors, en quelques heures, ces milliards et ces milliards de larmes emplirent ces trous d’une eau salée. Tous s’y habituèrent et s’y adaptèrent. Un peu surpris au début, mais sauvés !

Ainsi sont nés les mers et les océans. Le lion, entre temps, avait trouvé une solution pour que l’eau douce arrive dans la mer. L’eau leur parut un peu moins salée et cela les aida à changer de milieu. Ouf !!!

​Certains eurent un peu la nostalgie de leur ancienne vie. Ainsi, les crabes et les tortues marines se promènent parfois sur les plages. Les saumons et les anguilles vivent tantôt en eau douce, tantôt dans la mer. Tous sont heureux. Restent les baleines ou les dauphins qui respirent comme les mammifères, mais cela est une autre histoire…

​Les larmes salées de leur tristesse ont permis le bonheur des poissons et le nôtre maintenant. Nous avons la chance de profiter, en été, de ces belles plages, de pouvoir nager. Les voiliers sillonnent mers et océans en quête d’aventures sportives ou pour le plaisir.

​Mais tout cela reste fragile. Vous le savez. L’Homme que l’on écrivait avec un « H » majuscule, mérite à peine le « h » minuscule. Il est en train de détruire ces mers nées des larmes des poissons, en les polluant de plastiques et autres rejets. Il n’entend pas ou pas assez la détresse du monde marin qui disparaît peu à peu, mais de plus en plus vite.

​Des enfants, de leur voix pure et cristalline, chantent que c’est le temps pour les Océans.

​« Time for Oceans » est une immense petite goutte d’Espoir pour sauver Mers et Océans …

Auteur : Joseph Quattrociocchi

Publié par La rédaction - TFO dans Kids le 21 janvier 2021

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée
Tous les champs sont obligatoires