Le Blog

#WeAreTimeForOceans

Kids

06
Août
CO2 en hausse, quelles menaces pour les océans ?

Les océans, la mer. Cette immense étendue d’eau salée pleine de mystère, pleine de vie, depuis toujours synonyme pour l’homme d’exploration, d’inconnus et de rêves. Cette ressource longtemps considérée comme inépuisable, est aujourd’hui amplement menacée par les activités humaines.

Le réchauffement climatique

Vous l’avez peut-être déjà entendu : les océans nous permettent de réguler la température de la Terre. Mais comment ? En absorbant du CO2 !
Le CO2 c’est du dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre, c’est à dire un gaz qui entraîne le réchauffement de l’atmosphère. 

Il existe plusieurs sources de CO2 : des sources naturelles ainsi que des sources dites « humaines », c’est à dire liées à nos activités sur Terre. Quand vous inspirez de l’Oxygène, vous expirez du Dioxyde de Carbone : du CO2. La respiration donc peut-être considérée comme une source naturelle de ce gaz. C’est une activité dont on on ne peut pas se passer, et qui fait partie des cycles naturels de la Terre.

Le CO2 est donc présent naturellement sur la terre et fait partie intégrante de la vie et de son équilibre.

Si le CO2 est naturellement présent dans la biosphère, sa quantité est elle aussi équilibrée naturellement par un phénomène de stockage. En effet, d’autres éléments naturels se nourrissent du dioxyde de carbone, régulant ainsi le rapport entre quantité déversée et absorbée. Parmi ses éléments naturels de stockage, on trouve les forêts, les roches ou les océans.

Les sources naturelles d’émissions de ce gaz – à l’exemple de la respiration ou de la décomposition – sont ainsi absorbées, en partie, par d’autres sources naturelles de stockage du CO2.

Cela empêche qu’une trop grande quantité de CO2 se retrouve dans l’atmosphère. Car les émissions de CO2 générées par l’activité humaine ont terriblement augmenté en 100 ans ! Elles ont tellement augmenté que la Terre n’est plus en capacité d’en stocker suffisamment sans que cela ait des effets négatifs sur l’environnement.

Le CO2 en surplus remplit peu à peu notre atmosphère et induit son réchauffement, car c’est un gaz qui naturellement réchauffe l’air : c’est pourquoi on l’appelle Gaz à Effet de Serre. Comme dans une serre, la chaleur augmente !

Quels effets négatifs pour la faune et la flore marine ?

Iceberg, tout près de la base Dumont d’Urville, en Terre Adélie. Cette photographie a été réalisée dans le cadre du programme REVOLTA (Ressources écologiques et valorisation par un observatoire à long terme en Terre Adélie). Ce programme consiste à étudier la faune et la flore de l’Antarctique, milieu qui ne subit que des variations naturelles. Cet observatoire est un préalable à la mise en place d’aires marines protégées.

L’Océan absorbe un quart de nos émissions de dioxyde de carbone (CO2). Par conséquent, si nos émissions augmentent, la quantité absorbée par nos océans augmente proportionnellement. 

Aujourd’hui, il y a un surplus de la présence de ce gaz dans notre atmosphère et donc dans nos océans, ce qui a plusieurs conséquences néfastes : l’oxygène vient peu à peu à manquer, ce qui empêche certains organismes de se développer correctement. Parallèlement, l’océan s’acidifie et se réchauffe, ce qui perturbe les équilibres des écosystèmes marins.
Les coraux et le plancton notamment, deux maillons essentiels de la chaîne alimentaire et des régulations climatiques, sont de plus en plus menacés par ce phénomène. Si ces espèces venaient à disparaître, assurément, les catastrophes seraient nombreuses. Il adviendrait un tel bouleversement que les conséquences pour la vie sur Terre sont encore difficiles à mesurer.

Le réchauffement des océans fait par ailleurs monter le niveau des océans car les molécules d’eau se dilatent en montant en température. A cela s’ajoute la fonte des glaces. Certains animaux, pour qui la banquise est un habitat naturel, sont de plus en plus confrontés à la disparition de leurs terres, à l’image des manchots royaux qui pourraient disparaître d’ici la fin du siècle. (Source : Le Monde)

La fragmentation de la banquise est un phénomène bien connu des navigateurs partant faire le tour du monde, car cela les oblige à être de plus en plus vigilants, les icebergs remontant de plus en plus au Nord.

Publié par La rédaction - TFO dans Kids le 6 août 2020

Quelque chose à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée
Tous les champs sont obligatoires